Une faction arménienne pro-mamelouke dans le royaume de Cilicie à la fin du XIVème siècle

Les sources arabes ne nous apportent que finalement peu de renseignements sur les évènements qui secouent le royaume arménien de Cilicie à la fin du XIVème siècle. Ils concentrent leurs propos sur les attaques répétées des troupes des sultans mamelouks sur le royaume, mais toutes les tractations internes au royaume arménien ne sont pas traitées par les auteurs que nous avons consultés.

L’histoire du royaume arménien souffre d’un manque de sources internes pour la fin du XIVème siècle. Pratiquement un seul auteur, Jean Dardel, nous renseigne sur cette période encore très peu étudiée aujourd’hui et qui demande des éclaircissements. Cet auteur n’est également que peu utilisé par les historiens du sultanat mamelouk, et pourtant il nous fournit un point de vue occidental de premier importance sur la fin du XIVème siècle. Car c’est seulement chez lui que nous avons trouvé une aussi précise description des tractations diplomatiques et des actions militaires qui se déroulèrent dans le royaume arménien de Cilicie dans le dernier tiers du XIVème siècle.

L’auteur

Jean Dardel est un religieux franciscain, natif d’Etampes, ville au sud ouest de Paris. Il se rend en 1377 en pèlerinage à Jérusalem en passant par le Caire où il rencontre le roi Lewon V alors captif des Mamelouks depuis bientôt trois ans. Jean Dardel devient son confesseur, son confident et son secrétaire personnel. Il part sur l’ordre du roi en Occident pour interpeller les États européens sur sa captivité. Arrivé à Barcelone, il se rend auprès du roi de Castille. Finalement, après plusieurs années, il repart avec deux ambassades vers l’Égypte en 1382, qui au terme de trois audiences, font délivrer le roi, qui quitte l’Égypte pour Rhodes. En récompense Jean Dardel sevoit nommé chancelier d’Arménie puis évêque de Tortiboli dans le sud de l’Italie dans l’année 1383. Il accompagne le roi tout au long de ses pérégrinations qui se terminent en France.

Manuscrit de Jean dardel

Manuscrit de Jean dardel

Jean Dardel nous a donné une chronique universelle qui se termine au milieu de l’année 1384, dans la tradition des grandes chroniques syriaques et arméniennes. Si Jean Dardel en est l’auteur, c’est certainement Lewon V qui lui a dicté avec précision cette histoire du royaume arménien. Nous pouvons diviser cet ouvrage en trois grandes parties chronologiques qui sont de plus en plus détaillées : l’Arménie antique (jusqu’en 1080), le grand royaume arménien de Cilicie (1080-1300), la fin du royaume arménien (1300-1384) avec en particulier le règne de Lewon V. Nous passons d’un récit quasi légendaire à un véritable récit des mémoires du roi Lewon V. Nous devons bien avoir à l’esprit que cet ouvrage a été écrit dans un but de reconquête du royaume arménien perdu aux dépends des Mamelouks. C’est avec cet esprit de renouveau de la Croisade qu’il faut bien lire et bien comprendre des sous-entendus ainsi que des omissions volontaires voire même des contre-vérités écrites par l’auteur. Le côté très arménien de la chronique est à contrebalancer avec l’utilisation de mots et expressions (Sarrasins par exemple) purement occidentales qui dénotent que l’auteur destinait son ouvrage à un public européen.

Nous allons tenter de mettre en lumière, un parti pro-mamelouk, farouchement anticatholique et clairement arménien apostolique, qui tente de reprendre le pouvoir au détriment de la famille des Lusignans qui s’est imposée à la tête du royaume arménien à la fin du XIVème siècle. C’est en premier lieu un problème de succession au sein du royaume arménien, sur lequel viennent se greffer des problèmes annexes qui rendent plus complexes encore le jeu politique.

Un problème de succession dans le royaume arménien

En 1365, Constantin IV monte sur le trône d’Arménie à la suite du régicide de Constantin III, qui était son cousin. A ce moment, le royaume se réduisait à seulement quelques villes et places fortes ne formant pas véritablement un État. En 1373, ce dernier ne comprenait plus que seulement deux villes importantes : Sīs la capitale et ‘Ayn Zarbā. Constantin IV, se rendant compte que toutes les possibilités de sortie du territoire lui étaient fermées, aurait, selon Jean Dardel, conclu une alliance avec le sultan mamelouk al-Malik al-Ašrāf Ša‘bān stipulant la cession à ce dernier des restes du royaume arménien de Cilicie en échange de sa vie et de « tout son avoir » 1. Des Arméniens, sans doute certains grands barons du royaume, ne voulant pas tout perdre, s’entendirent pour assassiner le roi Constantin IV et placer une régente (la précédente reine Marie d’Oghruy) en attendant l’arrivée du roi légitime à leurs yeux le lusignan Lewon.

Deux régicides successifs de deux membres de la même famille, s’en était trop pour les seigneurs de Baberon et Bartzerbert citadelles isolées dans les montagnes du nord de la Cilicie. Décidée à conserver le pouvoir coûte que coûte, elle joue la carte mamelouke. Pendant le temps de régence entre l’assassinat de Constantin IV et l’arrivée du futur Lewon V dans sa capitale cilicienne, le parti pro-mamlouks tente de livrer la ville de Sīs aux Mamelouks installés dans la plaine, mais l’arrivée rapide du roi Lewon V réussit à rétablir les choses2. Ce dernier semble reprendre le contrôle de la capitale alors même qu’elle est également sous la pression d’une tribu nomade. Jean Dardel nous dit qu’elle est « turque », mais rien ne nous indique cela. Comme nous l’allons au préalable indiqué, il faut se méfier des termes employés par cet auteur. Ses chefs s’appellent Dāwūd Bašā (Daoudbach) et Abū Bakr (Boudbaquir) contrôlent les routes qui ravitaillent la ville. Nous n’avons pas trouvé dans les sources arabes de personnages pouvant ressembler à ces deux chefs d’une tribu nomade. Par contre les sources aussi bien arabes qu’arméniennes nous renseignent sur la présence de tribus nomades avant cette date. Abu Shama dit qu’en 1180, le roi arménien Lewon Ier propose à des Turcomans de venir faire paître leurs troupeaux en sécurité dans la plaine cilicienne finalement il les fait mettre en prison. Saladin entre en Cilicie et libère ces Turcomans3.


Plus tard, en 1280, la Chronique rimée des Rois de Petite Arménie, nous dit que des

« Arabes, des Turcomans et des nomades installés en Cilicie dévastent la plaine et brûlent Tarse [une ville de la plaine cilicienne] »4

Par contre pour l’époque qui nous intéresse ici nous n’avons pas trouvé de mention de tribus d’éleveurs nomades. Jean Dardel est donc le seul à nous renseigner sur leur présence en Cilicie à la fin du XIVème siècle.

Le roi tente de faire une trêve avec ces nomades, mais, toujours selon Jean Dardel, les « riches arméniens » qui ne voulaient pas que Sīs tombe entre les mains des chrétiens envoient un messager auprès de Turcs les incitant à refuser l’offre du roi en leur indiquant faussement que le roi voulait les assassiner. Les nomades refusent l’offre du roi et mettent le siège devant Sīs. Finalement un terrain d’entente est trouvé et une trêve se conclut entre les deux camps.

Ce petit épisode nous renseigne sur deux points à propos du parti qui s’oppose au roi arménien. Premièrement ces « riches arméniens » préféraient les Turcs aux chrétiens. Nous sommes donc là dans une guerre entre deux communautés religieuses. Quand Jean Dardel emploie le mot « chrétien », il faut le comprendre avec le sens « chrétiens catholiques » par opposition aux arméniens apostoliques. La présence, évoquée plus loin dans le texte, du catholicos, c’est à dire la plus haute autorité religieuse des Arméniens, au sein de ce parti, nous renforce dans l’idée que cette faction était farouchement anti-latine. Nous avons ici une expression de la vive dissension entre Arméniens créée depuis le couronnement de Léon Ier en 1198. Ce dernier comme nous l’avons dit en introduction, pour obtenir une couronne royale s’est fait baptiser selon le rite catholique et a souhaité que son peuple suive son exemple. Le catholicos de l’époque s’est opposé violemment à cette réforme religieuse provenant du sommet de l’Etat, mais sans succès. Les rois suivants ont continué à suivre le rite catholique, mais une partie des élites arméniennes et sans doute une grande majorité du peuple ne se sont pas tournées vers le catholicisme conservant leur appartenance à l’Eglise arménienne apostolique. Cette fracture religieuse se ressent particulièrement dans ce combat que mène ce parti pro-mamelouk.

Nous devons également comprendre l’expression « riches arméniens » comme désignant « les riches marchands arméniens ». Le texte de Jean Dardel est plus explicite ensuite, ils les appellent les « bourgeois de la ville [de Sīs]». Depuis plusieurs années maintenant, la Cilicie est le terrain de combats incessants entre Arméniens, Mamelouks et tribus nomades installées en Cilicie. Ce climat n’est guère propice à un commerce florissant, si ce n’est le commerce des armes. Ces hommes préfèreraient donc une « pax-mamelouka » profitable à leur commerce dans et hors du royaume leur permettant de reprendre leurs activités de commerce à grande échelle. Nous devons bien avoir à l’esprit par exemple que le port d’Ayas, alors aux mains des Mamelouks, était pratiquement le seul grand port du nord est de la Méditerranée et qu’il était le débouché principal des marchandises venant d’Asie par la route passant par le Bilād al-Rūm.

Nous avons un petit peu défini cette faction par ces motivations internes. Nous allons voir maintenant que non seulement elle possède un réseau au sein même des élites arméniennes (marchands et nobles), mais qu’elle bénéficie également de partisans à l’extérieur du royaume, dans le sultanat mamelouk.

Des liens directs entre le royaume arménien et le sultanat mamelouk :

La trêve conclue entre le roi et les tribus nomades, le parti pro-mamelouk se met véritablement en action, non plus au sein même du royaume mais directement avec le sultanat. Des lettres sont envoyées

« à un grand baron arménien qui était en Égypte et s’était converti à l’islam »5

Jean Dardel continue

« lequel était le frère de la femme du roi tyran d’Arménie qui fut tué et qui s’appelait Ašot fils du baron Ošin d’Oghruy et qui s’était enfuit d’Arménie avant la venue du roi [Lewon V]. »6

Ce baron arménien est très certainement le beau frère du roi Constantin IV [le roi tyran de Jean Dardel] qui a été assassiné en 13737. Il se serait donc enfui dans la même année en Egypte et aurait offert ses services à al-Malik al-Ašrāf Ša‘bān. Ce dernier lui aurait octroyé un rang d’émir en contre partie de sa conversion.

Cette présence arménienne au sein même du sultanat mamelouk n’est pas unique. L’histoire de Ašot ressemble beaucoup à celle d’un autre émir mort en 1352 du nom de Faḥr al-Dīn Ayās qui fut en particulier na’ib d’Alep. Sa vie est particulièrement bien connue, puisque plus d’une dizaine d’auteurs arabes nous donnent des renseignements. Cet homme donc est venu avec une partie de sa famille en Egypte sous le règne d’al-Malik al-Naṣīr Muḥammad. Selon al-Maqrīzī dans le Muqaffā al-Kabīr8, il appartenait à la « jinziya armaniya » et se convertit auprès du sultan, qui lui donna un rang d’émir. Cette ressemblance est frappante et nous laisse à penser d’une plus importante présence arménienne au sein du sultanat mamelouk aussi bien chrétienne que convertie. Une différence est notable entre les deux personnages, nous ne connaissons pas le nom arménien de Ayās pas plus que le nom mamelouk de Ašot. Les motivations qu’Ayās a eues d’une part pour venir dans le sultanat mamelouk et d’autre part pour se convertir à l’islam restent obscures. Celles d’Ašot sont plus claires, il fuit ses ennemis et trouve dans le sultanat mamelouk un asile. Nous pouvons nous demander si Ašot n’a pas bénéficier d’aide de personnes déjà présentes au sein du sultanat, c’est à dire si d’autres arméniens proches du pouvoir ne l’ont pas aidé à obtenir un grade d’émir. Jean Dardel lui fait jouer un rôle important car dès qu’il reçoit les lettres envoyées par ses parents de Cilicie, il les transmet au sultan qui prend les mesures nécessaires pour attaquer le royaume arménien. Jean Dardel nous dit même qu’il donne des conseils au sultan l’invitant à s’appuyer sur la tribu d’Abū Bakr (Boudbaqir) et sur ses partisans présents dans la capitale. Nous pouvons nous demander si cette entrevue entre le baron converti et le sultan a réellement eue lieu ou si l’auteur a purement inventé ce passage. Mais en tout cas, le sultan prend des dispositions militaires et traite avec les nomades qui commencent à assiéger la ville de Sīs. Lewon continue de traiter de son côté avec les nomades, et il leur envoie sans le savoir

« ung des traitres armins qui vouloient traïer la ville et la livrer aus Sarrasins 9»

Lequel, jouant bien sûr son rôle à merveille, transmet des lettres des conjurés au chef des tribus nomades et fournit des faux renseignements à Lewon V en retour.

La ville est finalement assaillie par les nomades mais aussi par les Mamelouks en particulier par le na‘īb d’Alep que Jean Dardel nomme « Mellech l’amirail du Halep»10, il faut bien sûr y voir la contraction des deux mots al-Malik et al-Amīr. C’est en fait l’émir Sayf al-Dīn Išiqtimūr al-Mardīnī al-Naṣīrī. Malgré les moyens importants mis en place par les Mamelouks pour venir à bout de la citadelle de Sīs, les Arméniens fidèles au roi résistent. C’est de l’intérieur que va venir la défaite. Les « conjurés » complotent encore une fois contre le roi afin de livrer la citadelle et par la même occasion le roi. Parmi eux nous retrouvons le catholicos qui représente le pouvoir religieux arménien apostolique ; le Baron Basile, les barons arméniens et Marie d’Oghruy, la royauté déchue. Nous savons uniquement que le Baron Basile avait un père du nom de Thoros, mais nous ne pouvons le rattacher à une quelconque famille arménienne. Marie d’Oghruy était l’épouse de Constantin III qui a été assassiné par le parti des Lusignans, elle épousa Mathieu Chappes, un seigneur franc de Chypre, sur la volonté de Lewon V. En mariant Marie à ce seigneur chypriote, Lewon V a sans doute pensé l’éloigner du pouvoir. Mais Mathieu s’est finalement tourné vers le parti de sa nouvelle épouse depuis que les conjurés lui ont proposé de prendre la place de Lewon à la tête du pays en l’assassinant.

Finalement l’émir Išiqtimūr al-Mardīnī envoie un aman à Lewon. Aman qui d’ailleurs est traduit intégralement en vieux français. Il présente des caractères d’une grande authenticité, en particulier les formules qualifiant le sultan et le roi, ce qui prouve que ce texte devait se trouver en possession de Lewon V lorsque Jean Dardel rédigea sa chronique. Cette « lettre de seürté » comme l’appelle Jean Dardel, garantie à Lewon la vie sauve. Ce dernier l’accepte bien entendu. Il se rend à Išiqtimūr al-Mardīnī qui lui propose immédiatement de se convertir et de conserver son royaume. Le roi refuse catégoriquement. Il est donc conduit avec toute une suite vers l’Egypte. La troupe passe par Alep, où le roi rencontre des Arméniens qui sont pour certains convertis et termine son périple au Caire où le sultan demande à la communauté arménienne de prendre en charge le séjour du roi.

Les conjurés font aussi parti de la troupe qui a suivit le roi au Caire. Ils sont, d’après Jean Dardel, libres. Certains comme le baron Basile et quatre autres arméniens se convertissent à l’islam11. Les motivations de conversions semblent peu liées à un véritable choix religieux, mais bien à des motivations purement « sonnantes et trébuchantes ». Nous n’avons pas encore pu identifier dans les sources arabes ces cinq personnages, mais peut être que ce travail ne pourra jamais aboutir.

La faction pro-mamelouke se voit donc renforcée. Même si elle n’a pas retrouvé le pouvoir politique en Cilicie, un na‘īb de Sīs est d’ailleurs nommé peu de temps après, elle a au moins conservé le pouvoir religieux sur les populations arméniennes. Jean Dardel nous dit que le catholicos retourne à Sīs et interdit sous peine d’excommunication à tous les prêtres qui étaient « en Egypte et en Arménie » de prier pour le roi Lewon mais au contraire de prier pour le sultan al-Malik al-Ašrāf Ša‘bān12. L’auteur s’empresse de rajouter qu’aucun des prêtres ne suivit cette injonction.

Conclusion

Nous avons vu ici se détacher deux camps bien distinctement opposés, le premier est totalement fermé à l’idée que le royaume arménien puisse tomber sous la coupe mamelouke et le second préfère la sujétion en tant que ḏimmī voire la conversion plutôt que le recours aux Latins de Chypre et par là même à l’Église catholique de Rome. C’est en acceptant la couronne d’Arménie, que Lewon V exacerbe les tensions dans le royaume de Cilicie. Le parti pro-mamelouks met en place tout un système de tractations diplomatiques et militaires qui aboutissent à la chute de la royauté arménienne et la prise de contrôle totale de la Cilicie par les Mamelouks. L’historiographie arménienne moderne a souvent minimisé les alliances qui ont pu se nouer entre les Arméniens et les dynasties zengide ou ayyoubide, par exemple : l’alliance militaire du converti Malih avec Nūr al-Dīn ou la lettre du catholicos à Saladin en 1192 sur les évènements survenus avec l’arrivée de Frédéric Barberousse en Cilicie,

Nous n’avons pas là une remise en cause de l’antagonisme entre Arméniens et Mamelouks mais nous pouvons peut être le pondérer et étudier peu être sous un angle un peu différent de la simple confrontation dualiste.

Jean Dardel est un auteur qu’il faut lire avec beaucoup de méfiance. Mais l’étude de sa chronique nous a permit d’explorer des terrains comme les relations arméno-mameloukes, arméno-franques, la présence d’autres communautés en Cilicien, les conversions à l’islam et les motivations des convertis.

Une étude approfondie de la Chronique nous apportera sans doute plus encore de renseignements en particulier en se focalisant sur le séjour du roi Lewon V au Caire. Nous pourrons nous poser des questions sur les rapports qu’entretenaient le roi arménien avec la communauté arménienne du Caire, mais aussi sur la communauté elle-même.

Jean Dardel, n’est certainement pas une source principale de toute étude sur l’époque mamelouke, mais son étude permet de comprendre la vision d’un Européen sur le sultanat mamelouk.

Pour citer ce billet : Julien Gilet, "Une faction arménienne pro-mamelouke dans le royaume de Cilicie à la fin du XIVème siècle," dans le Carnet de recherche Bilad al-Arman, 30 mars 2016, http://arman.hypotheses.org/57.
  1. Jean Dardel, p. 42. []
  2. Jean Dardel, p. 59. []
  3. Abū Šamā, al-Rawḍatayn fī Aḫbār al-Dawlatayn, Le livre des deux jardins, RHC Or Tome IV, p.211 []
  4. Vahram d’Edesse, RHC Doc Arm, Tome 1, p.528 []
  5. Jean Dardel, p. 69. []
  6. Jean Dardel, p. 69. []
  7. Ibidem, p. 42. []
  8. Vol. 2, p. 322-323. []
  9. Jean Dardel, p. 70. []
  10. Ibidem, p. 73. []
  11. Jean Dardel , p. 87. []
  12. Jean Dardel, p. 87-88. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *