Les relations militaires entre le Royaume arménien de Cilicie et le Sultanat mamelouk

Dans les années 627-637/1230-1240, les Mongols prennent rapidement le contrôle de l’Armīniyya1, c’est à dire comprenant une partie de l’Arménie actuelle, l’Arménie caucasienne, alors aux mains de différentes tribus turques et du royaume de Géorgie. Le roi Het‘um Ier décide de devancer les armées en signant en 640/1243 un traité d’alliance avec les Mongols2. La finalité de cette alliance militaire, pour les Arméniens est, d’une part, éviter le déferlement des Mongols sur le royaume et, d’autre part, se détacher de la quasi « suzeraineté » que font peser les Seldjoukides d’Asie Mineure, leurs voisins immédiats du nord. Dès 653/1256, les Mongols attaquent le Bilād al-Rūm (la Turquie actuelle) et battent les Seldjoukides à la bataille de Köse Dagh en Anatolie.

En 658/1260, le roi Het‘um apporte un renfort militaire conséquent à Hülegü qui, avec des contingents géorgiens et arméniens d’Armīniyya, ainsi que d’autres peuples ralliés réussissent un début de campagne victorieux, dans le Bilād al-Šām, en prenant en particulier les villes d’Alep et de Damas3, avant d’être finalement battus à la bataille de ‘Ayn Ǧālūt4. Dès lors les Mamelouks arrivés d’Egypte imposent leur pouvoir sur le Bilād al-Šām. Ils sont en contact direct avec les Mongols mais aussi avec les Arméniens du royaume de Cilicie.

Pour autant la campagne de 658/1260, aux côtés des Mongols, ne s’avère pas désastreuse pour le royaume arménien, puisqu’il reprend des places fortes en Syrie du Nord, perdues face aux Ayyoubides d’Alep quelques décennies plus tôt. Il agrandit par la même occasion son territoire jusqu’à la rive ouest de l’Euphrate5.

Les attaques au gré des différents sultans (1266-1350)

Nous n’allons pas égrener les différentes attaques menées par les Mamelouks sur le royaume arménien de Cilicie, ceci serait à la fois trop fastidieux et finalement sans un grand intérêt scientifique. Savoir qu’en telle année une ville est pillée et quand telle autre année une autre ville est prise, n’est pas désintéressant, mais n’apporte finalement quelque chose que dans une analyse globale. Je préfère étudier les années 1266-1375 dans toute sa longueur sans véritablement opérer un découpage de cette grande tranche chronologique de plus d’un siècle. Richard J. Scott qui a réalisé une thèse intitulée « Mamlūk-Armenian relations during the Baḥrī period to the fall of Sīs « 1250-1375 » en 1981 a étudié de façon chronologique les relations entre ces deux grands états du Proche-Orient médiéval. Dans un premier chapitre il étudie le règne de Baybars (1260-1275), dans un second celui de Qalāwūn (1276-1290) et dans un troisième et dernier chapitre il fait un survol de la période 1290-1375. On comprend bien que ce plan d’étude des relations diplomatiques et militaires ne fait pas ressortir les éléments les plus importants de ces relations. Nous devons soit nous concentrer sur une période bien précise, c’est ce que nous ferons dans notre dernière partie (avec l’explication de la chute du royaume sur une période de 3 ans), soit faire ressortir de ces relations des thèmes récurrents que nous retrouvons tout au long de la période considérée.

La genèse des relations arméno-mameloukes se trouvent lors de la bataille de Marrī en 664/1266. Alors que les Arméniens viennent d’étendre leur territoire (voir la carte) quelques années auparavant, avec l’aide des Mongols, jusqu’à la rive ouest de l’Euphrate, les Mamelouks emmenés par le sultan Baybars passent à l’attaque des forteresses franques de Palestine et dans un même mouvement remontent vers le nord de la Syrie et attaquent pour la première fois donc le royaume arménien. Les sources sont extrêmement nombreuses et prolixes, quelles soient arméniennes, arabes, syriaque ou latines. Alors que nous aurions pu nous attendre à des divergences flagrantes entre les auteurs, les historiens arméniens et mamelouks apportent de nombreux renseignements qui se complètent sans pour autant être contradictoires. Les deux camps mythifient cette bataille qui fut à l’avantage des Mamelouks. Les auteurs chrétiens et musulmans font référence à des personnages importants de leur imaginaire. Alors que les références bibliques sont très nombreuses dans les sources arméniennes (Job, Sodome et Gomorrhe par exemple), les sources arabes mettent en place un jeu de miroir entre Baybars et de grands personnages des guerres des premiers siècles de l’Islam contre les « infidèles » comme Ḫālid b. al-Walīd. Un perpétuel retour sur le passé (biblique et mythique) est mis en place, cette correspondance entre le présent et le passé permet aux auteurs de légitimer les évènements.

Dans les sources arabes, l’image de cette première attaque victorieuse des Mamelouks semble s’estomper avec le temps (Baybars n’est pratiquement plus cité, les évènements se limitent à l’essentiel) ou se modifier (rôle plus actif du futur sultan Qalāwūn au détriment des autres commandants mamelouks), dans les sources arméniennes au contraire, et en particulier chez Jean Dardel, il semble se créer l’image d’une bataille perdue, mais avec les honneurs : la famille royale a versé le sang et perdu plusieurs fils. Nous comprenons que cette bataille était perçue comme un événement dont il fallait garder le souvenir et qui devait encourager de nouveaux croisés à partir vers l’Orient, pour reprendre cette terre perdue face aux « infidèles ».

Cette première attaque constitue une sorte de paradigme qui servira de modèle pour décrire les attaques entreprises par les différents sultans mamelouks sur le Bilād Sīs. Tous les récits suivent ce paradigme presque immuable décrivant l’entrée des troupes mameloukes à travers un col dans la plaine cilicienne et le pillage des villes et des campagnes.

Nous avons recenser une trentaine d’attaques mameloukes du royaume arménien pour environ cent dix ans, soit pratiquement une tous les 4 ans.

Quels objectifs sont recherchés ?

Des répliques aux alliances avec les Mongols et les Francs

Comme nous l’avons déjà mentionné dans notre introduction, les Arméniens du royaume de Cilicie on noué des alliances nombreuses avec les princes d’occident mais également avec les Mongols d’Iran.

Les alliances sont aussi bien de l’ordre du traité d’entre-aide militaire, comme notamment avec les Mongols, mais également de l’ordre de l’alliance matrimoniale. Les mariages entre Arméniens (hommes et femmes) et des Francs étaient très courant depuis l’arrivée de ces derniers en Orient à la fin du Xième siècle. Tout comme les mariages avec des princesses mongoles dès le milieu du XIIIème siècle. Le royaume arménien était donc un pont entre l’Ouest et l’Est, entre Francs et Mongols.

A chaque fois que les Mongols ont voulu attaquer le Bilad al-Sham, les Arméniens du royaume ont répondu présents. Que ce soit en 1260, lors de leur première incursion en Syrie, en 1280 ou en 1300, les Arméniens ont participé. Jamais les Mongols n’ont réussit à s’imposer en Syrie et à chaque fois les Arméniens ont été accusés par les auteurs mamelouks de commettre des méfaits sur les populations d’Alep (1260, incendie de la grande mosquée) et surtout à Damas (quartier du Qasiyun en 1300).

Les attaques mameloukes sont pour partie des réponses à ces attaques sur le Bilad al-Sham. Par exemple, après l’attaque arméno-mongole de 1300, les Mamelouks partent en expédition punitive en 1301 et 1302 puis 1304. Les attaques mameloukes sont également des réponses aux projets de croisades.

Les conséquences des projets de croisades

Après 1292 et la chute des Etats latins d’Orient, de nombreux projets de croisades voient le jour. Tous font passer les armées croisées par la Cilicie et parlent de l’aide que pourraient apporter les Mongols, vues comme les armées du Prêtre Jean.

La Cilicie apporte des garanties aux nouveaux croisés qui souhaiteraient se lancer dans cette nouvelle aventure. C’est d’abord le seul état chrétien continental, mais c’est aussi un pays bien protégé. Les auteurs arméniens et arabes s’accordent à dire qu’il comportait 70 ou 100 forteresses. Je ne parlerai pas ici de la valeur des nombres dans les sources, mais il faut bien sûr prendre ces chiffres comme des symboles plus que comme de vérités.

Et puis en dernier lieu, la Cilicie comporte plusieurs ports importants: Korikos et Ayas. Elle est de plus peu éloignée de Chypre qui reste le dernier état franc d’Orient.

Éliminer un État d’infidèles

Les sources mameloukes ne donnent véritablement pas de qualificatif négatifs aux Arméniens. Le mot « kafir » par exemple est très rares. Même si certains sous-entendus laissent penser que l’idée de « gihad » est présente, je ne pense pas qu’il soit le motif principal des attaques mameloukes sur le royaume arménien. Les attaques ne sont en fait que des razzias jusqu’aux années 1350. Il n’y a aucune prétention de la part des sultans mamelouks à contrôler le territoire. Le royaume arménien est plutôt vu comme un état faible militairement et que l’on peut piller facilement. C’est plus motif financier et commercial qui est le moteur de la majorité des attaques mameloukes.

Reprendre le contrôle des routes commerciales et faire payer un tribut

Il faut bien avoir à l’esprit que la Cilicie était une plaque tournante du commerce d’Orient qui passait par les routes du nord. Le contrôle des ces routes étaient essentiels pour les Mamelouks en particulier pour deux choses: le fer et les esclaves.
Le traité de 1285 est l’un des seuls traité de paix signé entre le royaume arménien de Cilicie et le sultanat mamelouk à nous être parvenus. Ibn ‘Abd al-Ẓāhir dans sa biographie qu’il consacre au sultan Qalāwūn (1279-1290): Tashrīf al-Ayyām wa-al-ʿUṣūr fī Sīrat al-Malik al-Manṣūr à recopier le texte intégralement. Ce n’est donc pas un document original, mais nous pouvons considérer qu’en tant que proche du sultan, il était bien placé pour recopier le traité dans son intégralité. Qalāwūn n’a attaqué qu’une seule fois le royaume arménien en 1283. Cette attaque apparaît clairement comme la réponse à l’attaque conjointe des Mongols et des Arméniens sur le Bilād al-Šām en 1280. Le traité qui fut signé deux ans plus tard (1285) en est la conséquence directe. Ce traité oblige les Arméniens à une libre circulation des biens et des hommes entre les deux états (Royume-Sultanat). Il prévoyait le versement d’un important tribut, des chevaux et des mulets ainsi que des plaques de fers. Il était également convenu que les marchands avaient toute liberté de circulation dans le royaume arménien et que si leur arrivaient quelque chose, les Arméniens en étaient responsables. L’acte instituait ainsi une trêve de 10 ans, 10 jours et 10 heures à partir du 7 juin 1285. Finalement cette trêve n’a pas été respectée puisqu’une nouvelle attaque eut lieu dès 1292 soit trois ans avant la fin effective du traité.

Le versement du tribut des arméniens est un événement récurrent dans les chroniques mameloukes au cours du XIVème siècle. Même si les auteurs ne nous renseignent que peu sur son importance ou sa composition, la mention quasi annuelle de l’envoi d’ambassadeurs arméniens accompagnés du tribut nous donne une idée de l’effort que devait fournir les Arméniens pour satisfaire le sultan et se garder de sa colère, qui aurait entraîner une nouvelle attaque.

Le port d’Ayas, que j’ai déjà signalé étaient la place la plus importante dans le commerce arménien depuis l’orient vers l’occident. Les actes notariés de marchands Vénitiens, Gênois, Montpellierains, sont assez abondants pour dénoter toute l’importance de ce commerce dans le port arménien.

Dès la fin du XIIIe siècle, Marco Polo, en réalisant un voyage vers l’Orient, qui l’emmènera en Chine, décrit la ville en ces termes
Il y a aussi une ville nommée Laias [ou également Layazzo en italien, Ayas en arabe], qui est un grand centre de commerce, car épices, drap de soie et d’or en provenance de l’intérieur sont portés à cette ville, toutes les autres choses aussi. les marchands de Venise, de Gênes et de tous les pays y viennent, vendent là leurs produits et achètent tout ce dont ils ont besoin. et qui veut aller à l’intérieur des terres, marchand ou autre, part de cette ville.

La prise d’Ayas en 1347 par les Mamelouks est évidemment à comprendre comme une volonté de mettre la main sur ce commerce lucratif qui d’ailleurs continue sous l’autorité de ces derniers.

Les aspects politiques, religieux, et économiques ne doivent pas être mis sur le même plan, mais, ces différents objectifs semblent tous s’entremêler. Comme nous l’avons vu, l’attaque de 1283 est la conséquence de l’alliance entre Arméniens et Mongols et de leur chevauchée sur le Bilad al-Sham en 1280, mais le traité qui suit ne concerne que les aspects commerciaux des relations entre Arméniens en Mamelouks, aucune clause territoriale n’est mentionnée.

Toutes les relations diplomatiques et militaires sont indéniablement à l’avantage des Mamelouks. La force militaire importante de l’Egypte et de la Syrie dépasse largement les capacités du royaume arménien qui ‘est d’ailleurs pas aidé par les Mongols. A chaque fois que les Mongols fondent sur le Bilad al-Sham, les Arméniens sont présents, mais à aucune attaque mamelouke, les Mongols n’aident les Arméniens. Jusqu’aux environs des années 1350, les Mamelouks ne se sont pas implantés en Cilicie, mais à partir de ces années là, la prise de plusieurs villes à l’est du royaume et en particulier Ayas bouleverse la donne au sein même du royaume arménien et amène à la chute du royaume.

Conclusion

Avec Het‘um, la Cilicie se tourne vers les Mongols dans les années 1240, préférant venir aux devants de ces nouveaux envahisseurs plutôt que de subir le sort de la Grande Arménie6. Il participe notamment aux prises des villes d’Alep et de Damas (1260)7 mais sont finalement battus à la bataille de ‘Ayn Ǧālūt par les Mamelouks lors de la même année8.

A partir de ce moment, les Arméniens de Cilicie vont être sous la pression permanente des mamelouks d’Égypte. La première invasion du royaume date de 12669, les Arméniens ne pourront s’en relever, malgré quelques actions d’éclat en Syrie aux côtés des Mongols en particulier en 1300. Le XIVème siècle est rythmé par plusieurs attaques mameloukes sur le royaume arménien. Nous avons dénombré entre 1300 et 1375 plus d’une trentaine d’attaques de plus ou moins d’envergure et qui à partir du milieu du XIVème siècle réduisent le royaume arménien à peau de chagrin. Les rois arméniens perdent le contrôle de leurs ports, qui leur donnaient une porte de sortie et un débouché commercial important en direction de Chypre et de l’Europe, en particulier le port d’Ayas au profit des Mamelouks en 1347. Finalement le royauté arménienne chute en 1375, en partie à cause des Mamelouks, mais aussi à cause des antagonismes importants au sein même du royaume.

Les objectifs des Mamelouks sont de trois ordre : politique, économique et dans un moindre mesure religieux. Les relations arméno-mameloukes sont certes conflictuelles et même extrêmement violentes, mais nous devons également prendre en compte que les Mamelouks ont aidé à la création du patriarcat à Jérusalem au début du XIVème siècle. Les relations étaient donc conflictuelles entre les deux Etats, mais sans doute beaucoup moins entre les individus.

Pour citer ce billet : Julien Gilet, "Les relations militaires entre le Royaume arménien de Cilicie et le Sultanat mamelouk," dans le Carnet de recherche Bilad al-Arman, 25 mars 2016, https://arman.hypotheses.org/55.
  1. Les rapports entre Arméniens et Mongols en Armīniyya, en particulier le système social et militaire mis en place, sont très bien étudiés par BEDROSSIAN 1979 []
  2. Het‘um ne signa pas directement le traité. Il envoya Sembat, connétable du royaume et auteur de la chronique utilisée ici, à sa place. Voir RICHARD 1986 []
  3. Voir par exemple : AMITAI-PREISS 1987 ; SEMBAT, Chronique, p. 104-105 ; Makīn (al-), al-Maǧmū‘ al-Mubārak, p. 171-173 et trad. p.112 []
  4. Voir AMITAI-PREISS 1992. L’auteur de cet article fait dans un premier temps un point historiographique sur la question avant de rentrer dans l’étude précise de la bataille à proprement parler []
  5. En particulier les places fortes de Baḥasnā et Ra‘bān. Ibn Šaddad, al-A‘lāq al-ḫaṭīra, p. 375 et trad. p.73-74; p. 301 et trad. p. 276 []
  6. BEDROSSIAN Robert, The Turco-Mongol invasions and the lords of Armenia in the 13-14th centuries, Ph.D., Columbia University, 1979. []
  7. Ibid., p. 430, 431. -Voir aussi Eddé Anne Marie, La principauté d’Alep à l’époque ayyoubide, Stuttgart, 1999, p. 173-186 []
  8. Grousset, Croisades, T. III, p.603-605 []
  9. Gilet, article sur Mari à paraître []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *