Les montagnes côtières de Syrie dans les sources mameloukes

https://www.flickr.com/photos/ifpo/4711475226Ce texte a été présenté lors d’une journée d’études qui a lieu à l’Institut français du Proche-Orient, à Damas en juin 2010.

Il n’y a peu d’études sur les montagnes du Bilâd al-Shâm à l’époque mamelouke, nous trouvons des articles spécifiques sur le Kasrawan, et la région de Beyrouth, je renvoie à la revue ARAM 1997-1998 dans lequel ces deux articles sont présents, mais en ce qui concerne les études de « géographie historique » de la région nord des montagnes, nous ne trouvons rien. Le champ est donc pour l’instant assez vierge. Les sources que nous avons utilisées sont assez variées et plutôt nombreuses. En effet, les ouvrages de géographes mais aussi les chroniqueurs mamelouks ainsi que les ouvrages de chancellerie nous donnent tous des renseignements sur ces montagnes.

Les sources

Malheureusement en ce qui concerne la majorité des géographies (Abu al-Fida, Yaqut al-Hamawi, Ibn Shaddad) nous ne trouvons que des renseignements de seconde main, des copies de passages tirés d’auteurs plus anciens (Ibn Hawqal par exemple chez Abu al-Fida), ce qui finalement ne nous donne pas beaucoup de renseignements neufs sur la géographie de la côté syrienne à la fin du XIIIème et durant le XIVème siècle.

Je me suis donc tourner dans un second temps vers les chroniqueurs qui nous donnent, il est vrai, au fil de leur récit, et en particulier des récits de prises de châteaux et de villes jusqu’à la fin du XIIIème siècle, des renseignements de toute première importance.

En dernier lieu traités de chancellerie (j’ai utilisé al-‘Umarî auteur du XIVème siècle, 1301-1349 et al-Zahirî qui lui est du XVème siècle, 1410-1468)nous donnent de meilleurs résultats. Ces ouvrages sont des manuels destinés à l’administration de l’état mamelouk afin de gérer correctement les différents territoires. Il ne faut pas oublier que l’administration centrale se était au Caire et que les provinces les plus éloignées se trouvaient après l’Euphrate pour le Nord-Est. Une bonne connaissance des territoires et des populations qui les habitaient était essentielle. Nous avons avec ces textes des « photographies » de l’État mamelouk à une époque donnée.

Etat des lieux historique

Les année 1280-1290 marque un tournant important dans le rôle que jouent les montagnes sur le plan géopolitique. Avec la prise de contrôle de toute cette région, par les Mamelouks, c’est la première fois depuis plus de 200 ans que la côte syrienne et son arrière pays n’est pas découpée entre plusieurs états antagonistes.

En effet, les Croisés arrivés dans la région à la fin du XIème siècle vont morceler en plusieurs Etats la côte et les montagnes proches. La Principauté d’Antioche, le Comté de Tripoli, et plus au sud le Royaume de Jérusalem se partage les côtes syriennes et un partie des montagnes. Ces hauteurs sont également possédées par d’autres Etats eux musulmans (Principauté ayyoubide de Hama et d’Alep, Etat des Ismaéliens, par exemple).

Avec l’arrivée des Mamelouks en Syrie à partir de 1260 et leur première victoire sur les Mongols venus d’Iran, la place des montagnes côtières va changer. Les Mamelouks vont petit à petit gagner les terres vers le Nord jusqu’à l’Euphrate et vers l’Ouest jusqu’à la mer méditerranée. Les attaques sur les places fortes des croisés situées sur la côte et son arrière pays vont se répétées jusqu’en 1292 date à laquelle la dernière ville franque du Bilâd al-Shâm va tomber: Acre. Les attaques vont également toucher l’Etat des Ismaéliens avec sa capitale Masyaf. Ainsi toutes venues dans le giron mamelouk, les montagnes côtières ne représentent plus la même chose.

Alors pendant la période des croisades (1097-1292), les montagnes côtières ont servies de frontière entre grossièrement une côte tenues par les Francs d’un côté et l’intérieur du pays de l’autre, avec le contrôle total des Mamelouks, la frontière disparaît. C’est une des caractéristiques importantes de cette époque mamelouke. Mais pour autant ce regroupement effectué par les Mamelouks que l’on semble apercevoir fait il véritablement sens.

Comment étudier ces montagnes

Je me suis demandé dans un premier temps comment aborder cette question de la géographie de cette région à l’époque concernée sans tomber dans une simple énumération des villages et citadelles des montagnes. On peut se poser des questions comme la montagne est-elle une réelle frontière naturelle ? Existe-t-il des liens entre les populations de la côte et celles de montagnes et de quelle sorte ? Les montagnes côtières sont elles un lieu de résistance au pouvoir central ? Comment ce dernier, s’il y arrive organise l’espace, comment gère-t-il les populations et les territoires ?

La représentation des montagnes dans les sources arabes

Il semble se dégager d’après les textes, deux zones de montagnes qui font quand même partie d’un même ensemble: Bilâd al-Husûn et le Bilâd al-Ismayliyya.

Les montagnes à l’époque médiévale ne peuvent se comprendre que dans toutes leurs longueurs. Elles débutent au Sud par le Mont Liban et vont jusqu’à l’Euphrate. Il faut consulter les cartes réalisées à l’époque médiévale pour bien se rendre compte de la représentation que les géographes se faisaient de ces montagnes. Même s’il existe des passages/passes, toute cette zone montagneuse est vue comme un même ensemble. C’est pour cela que certains auteurs parlent de Bilâd al-Husûn et le Bilâd al-Ismayliyya. Le Bilâd al-Husûn est composé des citadelles franques et arméniennes et le Bilâd al-Ismayliyya correspond à l’état ismaélien. Ainsi le Nord est vu comme appartenant aux Francs et Arméniens et le Sud aux Ismaéliens. Ce n’est qu’une vue de l’esprit dont les cadres administratifs ne tiennent pas compte. Il n’y a jamais eu de province correspondant au Nord des montagnes et une au Sud. Alors comment les Mamelouks qui ont pris de force les montagnes côtières ont gérer ces régions?

La gestion des montagnes

Nous ne sommes que finalement peu renseignés sur la méthode utilisée par les mamelouks pour garder et valoriser ces terres montagneuses. On peut penser que les terres ont été données en ‘iqta à des mamelouks. Mais je n’ai pas trouvé dans les sources de mention d’iqta dans les montagnes. Sans doute que les grandes citadelles comme Sahyun ou le Krak devaient disposé de ce système administratif, mais on peut penser qu’une partie au moins des montagnes ont été données comme le Kasrawan plus au Sud à des tribus turcomanes et Druzes. Elles contrôlaient la terre pour les mamelouks qui ne concevaient pas le Kasrawan comme un territoire stratégiquement important qu point de le faire garder par leurs propres troupes. Car il faut bien se rendre compte que les montagne s à l’époque mamelouke ne jouent plus un rôle stratégique de premier plan. Les Francs ont été rejetté à la mer, les Ismaéliens annihilés, la menace principale vient de l’Est avec les Mongols. D’ailleurs, je n’ai pas trouvé de mention de nouvelle construction de forteresses à l’époque mamelouke. Les forteresses prises aux Francs et aux Ismaéliens étaient assez nombreuses pour être simplement entretenues par les mamelouks, le réseau était assez dense. Tout comme le réseau mis en place pour la poste à cheval.

L’étude de la poste à cheval mise en place sous Baybars puis développée par ses successeurs est un bon indice de l’emprise réelle de l’état mamelouk sur les montagnes et sur son organisation.

La première partie de la montagne a bénéficié de ce système est la partie sud, celle qui a été conquise sur les ismaéliens en 1270. Après 1285, et les capitulations de Marqab, Maraclée et Gabala1, la route postale longe la mer, ce n’est qu’en 1291 qu’elle se prolonge vers Lattaqiyyâ, après l’évacuation de Tartus par les Francs la même année. A cette même date, la route vers Beyrouth et Sayda est ouverte. Mais ce n’est qu’en 1294 que celle vers Tripoli semble mise en place.

Les tracés de la poste emprunte les anciens notamment la route Damas-Le Caire, c’est pour cela que la route Le Caire-Beyrouth passe par Damas et non pas par la côte. Il semble que cela soit du à une volonté de réduire le nombre de poste de relais. Pourtant cela fait un détour de plus de 200 km en passant par Damas pour aller à Beyrouth. Les routes très fréquentées Tyr-Damas et et celle qui nous intéresse plus ici Lattaquié-Alep ne semble pas paradoxalement avoir eu de tracés de la poste sultanienne. C’est un grand vide entre Burzia et Sahyun au sud et Antioche au nord.

L’étude du tracé de la poste aux chevaux nous donne une bonne indication des lieux considérés comme stratégiques par les sultans mamelouks, mais également que les châteaux et villes ne semblent pas avoir bénéficié d’une grande considération. Toutes les routes de montagne sont regroupées dans la province de Tripoli, la dernière des provinces mameloukes a avoir été créée.

Ce qui est étonnant c’est le tracé de certaines routes qui n’empruntent pas les chemins les plus faciles. Il nous semble que les tracés en ligne droite aient été privilégié en dépit de certaines difficultés du relief.

L’étude du Ta’rif d’al-Umari, nous donne de nombreuses informations sur les différentes routes. On s’aperçoit que les montagnes côtières ne bénéficient pas d’un réseau très dense de routes. Soit on la traverse pour ce qui du Liban, soit on la longe le long de la mer dans la direction Nord-Sud.

Ces routes sont celles empruntées par les courriers sultaniens et ne démontrent en rien le réseau réel des routes dans les montagnes côtières. Le passage emprunté par les pèlerinages depuis le nord en passant par Antioche et longeant la côte ou passant par al-Shughr et al-Bakas et par Jisr al-Hadid ne sont pas mentionnées par les texte mais existaient.

La création de nouvelles divisions administratives

La présence mamelouke et le contrôle total des montagnes a induit des changements administratifs importants comme la présence des routes postales sultaniennes, mais aussi la création de nouvelles divisions administratives. Prennons l’exemple de Balâtunus, forteresse à l’est de Sahyun.

Yâqût al-Hamawî en parle en ces termes : «Balâtunus, château fort sur les côtes de Syrie, à la hauteur de Lattakieh, dans le district d’Alep.». Après lui, al-Dimachqî, auteur du début du XIVème siècle, le décrit ainsi : «Balâtunus est un château très fort muni de onze portes placées les unes au dessus des autres …. Jebleh lui sert de port, etc.». D’après al-‘Umarî, Balâtunus est cité dans la liste des villes dépendantes de Tripoli, et non plus d’Alep. C’est que les victoires remportées par Baybars et Qalâwûn sur les Francs de la côte nord de la Syrie ont provoqué la création d’une nouvelle province dans cette région. La province de Tripoli englobe les forteresses de la montagne depuis Balâtunus et Sahyun jusqu’à Husn al-‘Akkar, l’auteur fait la distinction entre un premier groupe de forteresses et les forteresses islmaéliennes.

Les populations des montagnes

A lire les textes, il nous manque quelque chose, ce sont les populations. Elles ne sont que très rarement évoquées. Y-a-t-il eu un peuplement, une émigration ou une stagnation de la populations à l’époque mamelouke ? Aucun texte ne nous permet de répondre à ces questions. On peut supposer qu’une partie seulement de la population a émigrée vers Chypre après la chute de Tripoli, comment l’atteste pour la population des côtes la chronique Mukhtar al-Akhbar de Baybars al-Mansuri.

Les confessions ne sont pas mentionnées, là encore une fois on sait que les Ismaéliens peuplaient en grand nombre le sud des montagnes, mais on ne trouve rien sur les populations nomades qui devaient peuplées une partie des montagnes en quête de pâturage, ni rien des Arméniens attestés au Nord du château de Sahyun par exemple. On ne trouve pas non plus de renseignements sur les métiers exercés, bien que par déduction on suppose qu’elles étaient majoritairement paysannes.

L’autre chronique de Baybars al-Mansuri, Zubdat al-Fikra fi Tarikh al-Hijra, mentionne qu’en 667, cinq villages étaient rattachés à Balatunus et que leur produit rapportait 3000 dirhams par an. Cette note est la seule que j’ai pu trouvé pour une citadelle des montagnes aussi bien chez Baybars al-Mansuri que chez les autres auteurs. Il est difficile d’apprécier le produit rapporté par ces villages, je ne peux vous donner de comparatif, on peut toute fois poser comme acquis que ce produit était issu de la récolte des fruits de la terre. Le chiffre de cinq villages doit à mon avis être pris comme exact, mais à quoi correspondaient-ils ? Baybars al-Mansuri ne nous donne malheureusement aucun nom.

L’auteur de la première moitié du XVème siècle, al-Zahiri, nous donne le chiffre de 3000 villages dans la province de Tripoli. Cette assertion doit être prise avec beaucoup de prudence, comme celle que nous venons de voir avec Baybars al-Mansuri. Qu’entend-il par qariyya? Les dictionnaires nous donnent les définitions de village, petite ville, communauté rurale, cité. Le mot englobe donc des disparités importantes, et nous ne pouvons nous engager à approuver ou désapprouver le chiffre donné par al-Zahiri. Il faudrait que nous trouvions d’autres sources nous donnant d’autres chiffres à comparer, et peut être arriverions nous à un semblant de réponse. Les chiffres concernant les populations sont donc rares et à prendre avec des pincette.

Le voyage de Qatbay en Syrie

Je voudrais terminer par le récit du voyage du sultan Qatbay en Syrie. Ce dernier se rendit en Syrie pour inspecter les installations militaires en particulier sur la frontière avec les Ottomans. Ce récit est particulièrement intéressant dans ce qu’il nous apprend des routes empruntées et des régions considérées comme importantes aux yeux du sultan mamelouk. Arrivé du Caire à Baalbak par Safad, il se rend à Tripoli par ‘Aqabat al-Limoun (la passe des citroniers), sans doute dans la région de Jubbat al-Minaytira. En deux jours il fait le trajet Baalbak-Tripoli en traversant la montagne. Il repart ensuite vers le nord et passe au pont d’Artoussiyya et longe la côte: Tartus, al-Marqab, Baniyyas, tous les villages de la côte et enfin Jabala (qui est définit comme un petit village). Il poursuit ensuite pour Lattaquié, « grande forteresse » avec de nombreuses boutiques, les unes occupées et les autres abandonnées. On trouve ici une description du port reconstruit par le sultan Jaqmaq. Il s’arrête à Qurashiyya???, repart pour Jisr al-Shuhgr carrefour entre Alep, Antioche et le sud. Il le définit comme un centre de vente hebdomadaire des produits des montagnes. Il continue ensuite vers Darkûsh, avec une ruine de pont, le sultan ordonne de le réparer. C’est une belle région avec des vergers, des vignes et des norias. Il passe par Antioche, ville qui renferme dans ses murailles ses champs et cultures. La ville est, dit l’auteur, composée de Turcomans. Il se dirige ensuite vers Baghrâs appelée aussi Bab al-Muluk. Le pays à l’air prospère, vergers, vignes et marchands/commerçants. Il pousuit enfin son voyage vers Alep, le long de l’Euphrate et repart pour Le Caire.

Ce qui m’a frappé à la lecture de ce texte c’est l’absence quasi totale des montagnes côtières mises à part les passages pour parvenir à la côte dans un premier et temps et revenir dans l’intérieur du pays dans un second. Ces montagnes ne sont pas considérées comme stratégiques par le sultan puisqu’il ne va même pas contrôler l’état des forteresses. On peut donc supposer d’un abandon ou plus tôt d’une relégation sur un second voire troisième plan des montagnes sur le plan stratégique et administratif à l’époque de Qatbay mais sans doute également bien plus avant.

Conclusion

Le sud des montagnes côtières est plutôt bien connu à l’époque qui m’intéresse (histoire de Beyrouth par exemple), mais le nord et notamment entre le Krak des chevaliers et Sahyun (Saône), nous avons un vide complet des sources. Il nous faudrait un source comparable à ce qu’à pu écrire cet auteur pour mieux comprendre comment s’organiser les montagnes, de quelle manière elles étaient peuplées, par qui et comment elles étaient mises en valeur.

Mais si les sources écrites ne disent rien ce n’est pas pour autant que la montagne est vide et qu’il ne s’y passe rien. Les indices archéologiques nous montrent bien que la montagne était un lieu de vie intense. Je termine donc en forme de plaidoyer : les archéologues et les historiens des textes doivent travailler ensemble, mieux collaborer, et mieux partager leurs connaissances car chacun possède des clés que l’autre n’a pas.

Pour citer ce billet : Julien Gilet, "Les montagnes côtières de Syrie dans les sources mameloukes," dans le Carnet de recherche Bilad al-Arman, 4 juillet 2016, http://arman.hypotheses.org/488.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *