Recension « DEDEYAN, Gérard, 2003, Les Arméniens entre Grecs, Musulmans et Croisés. Étude sur les pouvoirs arméniens dans le Proche-Orient méditerranéen (1068-1150) »

dedeyan-gerard-armeniens-2003-v1DEDEYAN, Gérard, 2003, Les Arméniens entre Grecs, Musulmans et Croisés. Étude sur les pouvoirs arméniens dans le Proche-Orient méditerranéen (1068-1150), préface de Jean Richard, Lisbonne, Bibliothèque arménologique de la Fondation Calouste Gulbenkian, 2 vol., 1540 p.

Cet ouvrage est issu de la thèse de doctorat ancien régime de l’auteur. Il brosse un tableau complet de l’implantation de l’organisation sociale et des relations politiques et religieuses des Arméniens dans le Proche-Orient entre le milieu du XIe et le milieu du XIIe siècle. Il se divise en deux volumes de plus de 700 pages chacun. En plus du texte, l’auteur nous fournit une abondante bibliographie, cinq index très complets (noms des auteurs et des œuvres ; noms de personnes ; noms de familles, maisons et dynasties ; noms de peuples, tribus et communautés ; noms géographiques), soixante-cinq pages de photos, des tableaux généalogiques et plusieurs cartes dont certaines de grand format non reliées. Chaque volume possède un titre propre : « Aux origines de l’Etat cilicien : Philarète et les premiers roubéniens » et « De l’Euphrate au Nil : le réseau diasporique » formant chacun, quasiment un ouvrage indépendant. La progression dans le texte se fait de manière chronologique avec des études en profondeur de tous les aspects abordés. Les courts chapitres permettent de se repérer rapidement au sein de l’ouvrage.
Gérard Dédéyan étudie le processus de reconstruction politique mis en place par les Arméniens, déplacés massivement vers les rives de la Méditerranée orientale, après l’anéantissement de leurs États transcaucasiens. Cette chute fait suite à une prise en étau, effectuée involontairement, par l’expansionnisme vers l’Est de l’Empire byzantin et par l’avancée des Turcs seldjoukides vers l’Ouest, dans le deuxième tiers du XIe siècle.
L’auteur démontre que les seigneurs arméniens fuyant leurs anciens fiefs de transcaucasie ont été suivis par une partie de leurs sujets. Ceux-ci fournirent ainsi aux premiers croisés une aide militaire et logistique indispensable à leur installation dans le Nord de la Syrie : Comté d’Edesse et Principauté d’Antioche en particulier. Outre des accords politiques et militaires, se développent également des alliances dynastiques (deux rois de Jérusalem ont une mère arménienne) et un rapprochement religieux (protection du Patriarche arménien par le Comté d’Edesse). L’auteur explique cette convergence arméno-franque par plusieurs facteurs déterminants : la présence d’une noblesse militaire arménienne similaire à celle des Francs qui arme pratiquement de la même manière sa cavalerie lourde et une idéologie de « guerre sainte », comparable à celle des Croisés, qui anime les Arméniens depuis leurs combats contre les Perses au Ve siècle.
Nous avons porté un intérêt particulier aux chapitres traitant des Arméniens sous « domination étrangère » et spécialement au chapitre intitulé « Les Arméniens en Syrie, Palestine et Égypte » . Il existe peu de littérature scientifique sur le sujet à l’heure actuelle. L’auteur explique comment les Arméniens ont su également s’intégrer dans des sociétés dirigées par des pouvoirs musulmans (État fatimide en particulier). Cette intégration arménienne ne fait pas exception aux États musulmans ultérieurs, notamment sous les différentes dynasties Ayyoubides, Alep voit deux atabegs arméniens (Šiḥāb al-Dīn Tūġrīl et Šams al-Dīn Lū’lū’) au milieu du XIIIe siècle et Mossoul est gouverné par Badr al-Dīn Lū’lū’, lui aussi Arménien, dans le dernier tiers du même siècle.
Ce travail de Gérard Dédéyan apporte un nouvel éclairage sur les relations entre les « pouvoirs musulmans » et les populations arméniennes, à la lumière de sources arméniennes et syriaques, souvent non traduites et inédites. Selon l’auteur, cette « Arménie diasporique » s’ancre autour de plusieurs points : la fidélité à l’Église nationale arménienne, le maintien de la langue arménienne, la mobilisation autour du prince (ichkhan) de sa cavalerie noble, et la reconstitution d’un territoire patrimonial (hayrénik’) lui permettant de conserver son rang et son prestige. Ces traits se retrouvent même chez Bahrām, vizir des califes fatimides, issu d’une importante famille arménienne, les Pahlawouni. Ces différents points mis en avant par l’auteur se retrouvent par exemple chez les mamelouks (fidélité à l’Islam, maintien de la langue turque ou du kipchak, constitution d’une « garde personnelle », importance de la ressource foncière) et ne semblent pas faire des Arméniens une exception dans le Proche-Orient médiéval.
Ce livre apporte considérablement à l’histoire des Arméniens, mais aussi à l’histoire de tout le Proche-Orient des XIe-XIIe siècles. L’auteur rend ainsi consultable de nombreuses sources arméniennes non traduites qui éclairent sous un nouveau jour les relations entre ces communautés arméniennes de Cilicie, Syrie, Palestine et Égypte et les communautés chrétiennes (Francs et chrétiens orientaux) et musulmanes. Il est certain que l’ouvrage de Gérard Dédéyan deviendra un classique de la littérature historique du Proche-Orient médiéval tout comme l’est La Syrie du Nord à l’époque des croisades écrit par son maître Claude Cahen.

Pour citer ce billet : Julien Gilet, "Recension « DEDEYAN, Gérard, 2003, Les Arméniens entre Grecs, Musulmans et Croisés. Étude sur les pouvoirs arméniens dans le Proche-Orient méditerranéen (1068-1150) »," dans le Carnet de recherche Bilad al-Arman, 24 juillet 2015, https://arman.hypotheses.org/394.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *